Quand la terre agricole vaut de l'or

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Pascal Férat, patron des vignerons, a bien choisi son moment pour évoquer les problèmes de la spéculation de la terre en plein VITeff.

Avec la révision de l'aire d'appelation Champagne et la nomination d'une quarantaine de commune en zone de production, la terre agricole prend des allures de mine d'or. Ce qui n'est evidemment pas du goût de la FDSEA qi voit l'hectare monter à 50 000 € (la moyenne haute de 15 000€). On est encore loin du million d'euros que peut valoir l'hectare de vigne, mais pour les successions des agriculteurs, cela pose vraiment problème.

A cela se lie un autre souci, celui de ne pas gérer les ventes qui se déroulent en dehors de la Safer car on sait déjà que de nombreux négoces ont déjà tenté d'acheter des parcelles depuis le lancement de la révision.

 

Pour tenter d'inverser cette situation, une convention a donc été signée au VITeff entre le Syndicat général des vignerons, les Fédérations départementales des syndicats d'exploitations agricoles (de la Marne, de l'Ausbe et de la Haute-Marne), l'union des syndicats agricoles de l'Aisne et les Safer de Champagne-Ardennes, de Picardie et d'Ile-de-France.

Ce front commun veut ainsi, d'une part, éviter les spéculations liées à la probable évolution du parcellaire dans la zone de production AOC Champagne mais aussi constituer une réserve compensatoire pour les propriétaires et pour les viticulteurs exploitants qui pourrainet voir certaines de leurs parcelles déclasser avec les lourdes conséquences économiques inhérentes à de telles situations.

 

La convention permettra à la Safer de se doter d'un stock de terres qu'elle pourra conserver jusqu'en 2022. En cas de reclassement des terres agricoles en terres viticoles, le vendeur initial (ou ses ayant droits) touchera de la part de l'acquéreur (la Safer) une plus-value à hauteur de 85% du différentiel (différence entre valeur de la terre viticole et agricole).

événements

  • {0} - {1}